Home»BIBLIOGRAPHIE»Les dix tableaux pour domestiquer le buffle

Les dix tableaux pour domestiquer le buffle

0
Shares
Pinterest Google+

978_2_84454_927_3_UNE_229_355_1380300035Depuis longtemps je trainais avec moi ces dix images et commentaires tel un Champollion en quête de comprendre leur sens. Il m’a fallu  à la fois la pratique du zen pendant de longues années en france et au Japon, tout comme la pratique maçonnique et

La compréhension de ses relations avec l’alchimie pour mieux comprendre ce que le vieux moine Kakuan voulait transmettre. Parfois on cherche bien loin ce qui est souvent là, maintenant…

J’ai rajouté après les explications de ce qui est pour moi un des premiers ouvrages multimédias d’Eveil, les textes fondamentaux du zen qui m’ont le plus « parlés » et qui j’espère vous aideront aussi dans votre parcours spirituel, à parvenir à l’Eveil…

Extrait de l’introduction

L’auteur de ce court manuel d’éveil, Dix tableaux pour domestiquer le buffle, est un maître zen chinois, né sous la dynastie Song, du nom de Kakuan. Il est de même Fauteur des poèmes et des commentaires qui accompagnent chacune des étapes de ce trajet qui mène à l’illumination. Les peintures qui sont reproduites ici sont signées de Subun, un moine zen du XVe siècle.

Des siècles plus tard cette oeuvre est toujours d’actualité. Elle nous invite toujours à prendre conscience de qui nous sommes et, délicatement, grâce à tous les moyens dont le vieux moine disposait dans sa transmission, ces textes conduisent à la libération de nos conditionnements et à la réalisation de l’unité ici et maintenant, dans notre corps, dans notre présent, notre quotidien.

Ces «dix tableaux» sont une incroyable méthode de libération et probablement la première méthode de «développement personnel multimédia» alliant images et textes. Ce simple fait, cet incroyable alliage de techniques de communication, nous indique que Kakuan avait, bien avant la psychologie contemporaine, compris que nos processus mentaux avaient besoin d’être stimulés par de multiples redondances afin que des différences de point de vue puisse naître une compréhension plus fine de l’éveil.

Kakuan nous dévoile ainsi, tel un «diaporama» mystique, le processus qui mène à l’éveil.

Le fait que le «diaporama» s’effectue d’une manière linéaire pourrait nous faire penser que le processus de l’éveil est lui aussi un processus séquence, temporel.

Ne soyez pas dupe !
La libération n’est pas la méthode et n’est pas graduée même si le chemin qui y mène peut l’être, même si l’explication intellectuelle que l’on donne du chemin ne peut que l’être.

L’éveil n’est pas une explication, il est un état d’être, un état d’être qui se réalise et se réactualise en chaque «ici et maintenant», en chaque présent.
Alors, ne confondez pas la lune et le doigt qui la montre… la méthode et la réalisation…

«Si tu ne trouves pas la vérité à l’endroit où tu es, où espères-tu la trouver ?» Dôgen

Afin de montrer les différentes épreuves inhérentes à la maîtrise de l’esprit, à la connaissance spirituelle, les enseignants ont toujours pris l’habitude de s’adresser à la population par image, symbole plus que par une rhétorique philosophique que seuls les initiés et les lettrés seraient en mesure de connaître.

Les paraboles de Jésus, les contes soufis, les midrash juifs, les sutras bouddhistes, les upanishads hindoues sont autant de moyens habiles que certains maîtres ont utilisés pour transmettre leur vérité et permettre à l’Homme de s’éveiller à Dieu, à la réalité, à lui-même.
Ces moyens habiles sont des trésors de l’humanité, tous aussi lumineux que différents, tous pouvant s’adapter et révéler à chaque personne, chaque être, selon les circonstances et les compréhensions, une partie de la Vérité.

La Chine ne fait pas exception à ces moyens d’éveil habiles. Les maîtres spirituels ont pris l’habitude, au lieu d’argumenter d’une manière savante, de montrer la voie à la population en majorité paysanne, à la fois par leur exemple personnel, mais aussi par des images ou symboles pratiques facilement accessibles à tous.

Le traité d’éveil que nous allons aborder participe de ce principe.

Previous post

La voix du prophète

Next post

La morale du termite